Ceviche Mexicain

Please scroll down for the English translation.

“Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle …”

Vous arrive-t-il  parfois de vouloir faire tant de choses qu’au final vous ne faîtes rien ? D’avoir sur votre liste d’envies tant de lieux à visiter, de nouvelles langues à apprendre, de recettes à tester, de gens à voir, d’emails à écrire, de livres à lire, de tableaux à peindre, que cela en devient encombrant, voire intimidant ?

L’été s’était présenté à moi avec la promesse de réaliser toutes ces envies qui occupaient mon esprit.  Force est de constater que nous sommes fin août, et qu’absolument rien ne s’est passé comme je l’avais imaginé.

Mon mari cependant, qui est très doué pour dissiper mon occasionnel spleen baudelairien, m’a bien conseillée. “Commence quelque part, fais quelque chose, n’importe quoi”, et c’est ce que j’ai fait : je me suis assise face à l’ordinateur,  et ai ré-ouvert ce post. Ce post que j’avais commencé il y a si longtemps, avant l’été, avant que l’air ne devienne trop chaud, le ciel des matins trop gris, le boulot trop ennuyeux, et mon humeur trop morose.

“When the low, heavy sky weighs like a lid …”*

Does it ever occur to you to want so many things that you end up doing nothing?
That your to-do list is so overflowing with places to visit, recipes to try, new languages to learn, people to see, emails to write, books to read, paintings to paint, that it all becomes overwhelming?

I thought the summer to be capable of making all these envies come true. And yet, we are in late August, and absolutely nothing happened as I had imagined.

My husband, however, who is very good at dissipating my occasional bitterness, gave me some good advice. “Begin somewhere, do something, anything,” and that’s what I did: I sat in front of the computer and re-opened this post. This post I had started so long ago, before the summer even started, before the air became too hot, the morning skies too gray, work too annoying, and my mood too morose.

*The first verse of “Spleen”, Baudelaire’s world famous poem, where he uses the word spleen to describe his boredom, bitterness, and nostalgia.

DSC_0199DSC_0200DSC_0205

Citlalli

Il est impossible de passer à côté de la culture mexicaine lorsque l’on vient en Californie du Sud. L’influence du Mexique y est très marquée, autant dans l’architecture, la nourriture, la musique, le nom des rues, que les gens que l’on rencontre.

La personne qui a réalisé la recette présentée aujourd’hui s’appelle Citlalli. Elle est l’une des toutes premières personnes que j’ai rencontrées en arrivant en Californie. Originaire de Guadalajara au Mexique, elle a vécu dans de nombreux pays, dont en France et au Qatar. Les photos ont été prises par une magnifique soirée en ce début d’été, quelques semaines avant que Citlalli ne s’envolent pour l’Italie afin  d’y épouser un adorable vénitien … Une magnifique histoire d’amour internationale comme je les aime !

Je trouve Citlalli merveilleuse pour de nombreuses raisons, mais avant tout car elle me comprend. Elle comprend mon amour pour tout ce qui est différent, et ce mélange de joie et de peine que l’on ressent à vivre loin de chez soi.

La première fois qu’elle nous a invités chez elle, elle avait préparé un superbe repas mexicain, tout en fraîcheur et en délicatesse. Nous nous sommes regardés avec Albert, et avons avoué à notre hôte que sa cuisine mexicaine n’avait rien à voir avec l’idée que nous nous faisions de la cuisine mexicaine, à savoir celle que l’on trouve communément dans de nombreux coins des États-Unis.

Citlalli

One cannot help but notice the high influence of Mexico when visiting Southern California. Mexican culture is extremely present here, in architecture, food, music, street names, or people encountered.

The person who made the recipe presented today is named Citlalli. She is one of the first people I met in California. A native of Guadalajara, Mexico, she lived in many countries, including France and Qatar. The photos were taken on a beautiful early summer evening, a few weeks before Citlalli flew out to Italy to marry a lovely Venetian man… A beautiful international love romance!

I find Citlalli wonderful for many reasons, but primarily because she understands me. She understands my love for everything different, and this mixture of joy and pain that one feels when living far away from home.

The first time she invited us to her home, she had prepared a wonderful Mexican meal, incredibly fresh and delicate. Albert and I looked at each other, and confessed to our host that her Mexican cooking had nothing to do with the idea we had of Mexican cuisine, namely that which is commonly found in many corners of United States.
DSC_0206DSC_0209DSC_0211

L’un des plats qui m’avait le plus marquée fût son ceviche : délicieux met à base de poisson à chair blanche, de jus de citron vert et de coriandre, extrêmement diététique et facile à réaliser. À vous de jouer !

Ceviche Mexicain

Ingrédients : 1 poisson à chair blanche type vivaneau, 5 ou 6 citrons verts, 1 tomate, 2 ou 3 carottes, 1 oignon, 1 petit bouquet de coriandre, une grosse pincée de fleur de sel.

Pour servir : 1 avocat mûr mais pas trop, de la sauce piquante type Tapatio, quelques tortillas chips de maïs, quelques bières très fraîches (mexicaines de préférence).

  1. Presser les citrons verts et verser le jus dans un saladier.
  2. À l’aide d’une fourchette, émietter le poisson et le placer dans le jus de citron. Le jus doit bien recouvrir la chair du poisson.
  3. Pendant que vous laisser mariner, couper la tomate, les carottes et l’oignon en petits dés. Hacher finement la coriandre également.
  4. Lorsque le poisson a cuit grâce au jus de citron (généralement après 20 à 25 minutes de marinade), égoutter le jus afin de ne garder que la chair du poisson, et y ajouter les légumes et la coriandre.
  5. Mélanger puis réserver au frais ou servir aussitôt sur une galette de maïs, agrémenté de quelques tranches d’avocat et de quelques gouttes de sauce piquante.

One of the dishes that I enjoyed the most was her ceviche: a delicious dish composed of white fish (she prefers to use red snapper), lime juice, and cilantro, which is extremely light and easy to make.

Mexican ceviche

Ingredients: 1 red snapper, 5 or 6 limes, 1 tomato, 2 or 3 carrots, 1 onion, 1 small bunch of cilantro, a large pinch of salt.

To serve: 1 ripe avocado, Tapatio sauce, corn tortillas, a few cold beers (preferably Mexican beer).

Squeeze the limes and pour the juice into a bowl.
Using a fork, flake the fish and place it in the lime juice. The juice must completely cover the fish.
While the fish marinates, cut the tomatoes, carrots, and onion into small cubes. Finely chop the cilantro.
When the fish has finished « cooking » in the lime juice (usually after 20 to 25 minutes), drain the juice to keep only the fish, and then add the vegetables and the cilantro.
Mix and refrigerate or serve immediately on a tortilla, with a few slices of avocado and a few drops of hot sauce.

DSC_0212DSC_0213DSC_0214DSC_0215DSC_0225DSC_0231DSC_0234DSC_0242DSC_0248DSC_0250-2DSC_0252DSC_0253DSC_0260DSC_0270DSC_0273DSC_0274DSC_0280DSC_0285DSC_0288

Et s’il vous arrive de vouloir manger mexicain sans avoir à cuisiner, notre restaurant préféré se trouve à Laguna Beach et s’appelle Coyote Grill. Les tacos aux calamars y sont merveilleux. Après votre repas, n’oubliez pas de descendre sur la plage de Table Rock, qui se trouve juste en contrebas du restaurant, pour y barboter au soleil couchant …

If you happen to crave Mexican food and do not feel like cooking, let us recommend to you « Coyote Grill » in Laguna Beach, CA. Their calamari tacos are out of this world. After your meal, be sure to walk down to Table Rock beach, which is located below the restaurant, for a good swim at sunset…

DSC_0953DSC_0977Buen provecho y hasta luego!

 

 

©Biscotte Breakfast Club/Marie Oyegun. All rights reserved. Please ask first.

 

 

 

2 thoughts on “Ceviche Mexicain

  1. Coucou Marie!
    Merci d’avoir pris du temps pour ce post et ces belles photos.
    Il m’a donné envie de me réconcilier avec le ceviche que j’avais découvert au Pérou. Je vais tenter cette recette. J’espère que tu as passé un bel été.
    On vous embrasse.
    Delphine

    Like

    1. Salut Delphine ! Merci pour ton commentaire 🙂 Il me semble que le ceviche péruvien est délicieux aussi mais assez différent… Tu me diras ce que tu penses de celui là. Bises à toute la famille 🙂 Marie

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s